Loading Icon Black

Le challenge cross des Caraïbes Ozone

February 3, 2006

4ème jour

Si hier était top, aujourd’hui fut génial ! Ces deux derniers jours, plus de 40% des compétiteurs ont battu leur record personnel. La matinée débuta sous des nuages bas et un ciel chargé mais ce que nous avons appris est que plus le matin n’est pas terrible, mieux est l’après-midi. Vers 11h30, les cumulus s’étalaient le long des crêtes et le plafond s’était élevé à plus de 2000m. Pendant le briefing matinal, Jocky nous avait prévenu qu’il pourrait y avoir des surdéveloppements donc les pilotes s’élancèrent tôt et partirent en cross dans plusieurs directions. Ce qui est bien avec une compétition ouverte sans parcours prédéfini, c’est que l’on peut voler là où bon nous semble, dans n’importe quelle direction, sans tâches, balises ou but ! Il faut juste partir en cross et le logiciel calcule tout seul les points obtenus (vols allers-retours, vols avec 3 points de contournement ou vols en triangle comptent différemment) à partir de votre GPS en fin de journée. Les pilotes ont donc pu aller là où ils voulaient, quand ils voulaient, sans avoir à se battre face au vent pour atteindre des balises difficiles comme c’est souvent le cas dans les compétitions traditionnelles. Ce fut la meilleure journée de la compétition et les pilotes ont été récompensés par de longs vols, marquant des points, comme ce pilote slovène qui fit 117 km en aller-retour.

5ème jour

Il faisait beau et clair dès l’aube donc nous avons tout de suite su que ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux pour voler. Du vent fort du Sud-Ouest obligea à annuler la compétition pour la journée et les pilotes allèrent se baigner à la piscine ou se promener. L’équipe Ozone se rendit à la plage pour repérer un site de soaring sur la côte Sud-Ouest d’où proviennent ces photos.

Nous sommes dans la région Sud Ouest de la République Dominicaine où le tourisme est peu développé. En effet, les seuls gringos que nous ayons rencontrés de la semaine, en plus des autres pilotes, sont un groupe d’Américains qui dirige un orphelinat-école sur les abords de la ville. Nous sommes passés en voiture et avons survolé en parapente cette école tous les jours. Plus de 900 élèves y sont rassemblés avec peu de moyens. Quelques volontaires de l’école nous ont demandé d’atterrir là si nous le pouvons et nous allons sûrement essayer dans les prochains jours, si les conditions le permettent. En attendant, Jocky nous à encourager à faire une collecte et avec, les organisateurs ont pu acheter 5 caisses de livres, stylos et fournitures pour l’école… Le minimum que nous puissions faire pour cette école. Jocky a vraiment eu une bonne idée. Lorsque nous nous rendons dans un pays pour voler, que nous profitons de l’environnement et que nous utilisons terre et ressources, ne devons-nous pas un peu contribuer ? Un peu d’aide signifie beaucoup dans certains pays…