Loading Icon Black

Lex ET SON PREMIER TRIANGLE FAI DE 300 KM

August 4, 2017

L’été 2017 est rempli de vols étonnants dont nous recevons les récits de toutes parts. L’histoire qui suit nous vient d’Italie, dans le Tyrol du Sud, où Lex ROBE a suivi son instinct et où, contre toute attente, il a bouclé un triangle FAI de plus de 300 km à partir de Grente, dans la belle vallée de Antholz. Ecoutez-donc :
” Sur le chemin du décollage, nous n’étions pas sûrs de la météo. Presque aucun des mes potes n’avait suivi mon invitation sur FB.. Beaucoup de pluie depuis Emberger Alm jusqu’en Italie et nous nous sommes finalement retrouvés à 6 Autrichiens et deux locaux en tandem à croire en cette journée et à monter jusqu’au sommet du Grand Alm, au-dessus d’Anterselva. Bien que nous ayons décollé tardivement, nous nous sommes retrouvés dans une aérologie déjà très active et un beau gain dans les premiers thermiques. Les risques d’un décollage très matinal étant éliminés, il n’a ensuite pas été très dur de faire notre chemin vers le plus haut sommet d’Autriche : le Grossglockner , sous un plaf très élevé et un vent faible qui nous ont permis un contournement facile du premier point vers l’Est.
Là, il a fallu affronter un vent de 10/20 km/h jusqu’au bout de la vallée du Ridnaun. Pendant que tous les autres pilotes arrêtaient leur vol en raison des vents d’Ouest, nous avons pu continuer à surfer sous nos ailes Ozone à hautes performances , plutôt confortablement et même de façon très efficace : j’ai réussi à franchir les 120 premiers km en 3:30 hrs à une vitesse moyenne de 31 km/h, y compris le long intermède en soaring dans l’ombre de la vallée de Ridnaun. Comme il était suffisamment tôt, cela m’a motivé pour poursuivre mon cheminement vers Sölden, mais le début d’une douche de grésil a prématurément mis un terme à ce rêve….

J’ai dû planer sur toute la route vers Rosskopf près de Sterzing pour retrouver en ensoleillement salvateur.
A ce moment ,le vol est redevenu plus facile grâce aux vents d’ouest et à un plafond de cumulus de 4000m qui m’ont permis une progression rapide en direction des Dolomites.
J’ai trouvé une aérologie costaud et de gros développements dans le sud ; mais ce jour là, les cumulo nimbus étaient absents : j’ai pu monter à 4400 m pour ensuite planer tranquillement vers le sud grâce aux vents de
nord ouest. J’ai maintenu une vitesse trim pour minimiser mon taux de chute en direction du grand bleu. Comme il était encore très tôt en ce jour d’été, j’ai osé planer en direction d’une monumentale falaise que je n’avais encore jamais vue : la Civetta. Un gigantesque A pic semblable à un mur de 1000 m de corail émoussé.
Incroyable. Je frôlai la Civetta en soaring. Quel moment inouï !

Je me suis même permis de poursuivre un peu en direction du sud avant de faire demi tour vers le nord, en direction du décollage, donc j’étais encore à 50 km. A 18:20 hrs., le soleil était encore haut et frappait de plein
fouet les arêtes parfaitement alignées vers l’ouest qui m’attendaient. J’ai toujours cru qu’il serait possible de rentrer car les prévisions prévoyaient des vents de sud dans ces régions. Et c’était exactement ce dont j’avais besoin. Bien que n’ayant jamais été en mode de survie, j’étais heureux d’être poussé par des vents bien prévus par la prévi. Les conditions étaient encore bonnes à l’entrée du massif montagneux de Kreuzhofel et je savais que je tenais le bon bout : un beau nuage avec un plaf de presque 4000 m m’a aidé à faire mon dernier plein
dont j’ai eu besoin avant un looooooooooog plané en direction du goal.
Cerise sur le gâteau : le vent du nord avait complètement disparu et mon taux de chute me faisait hurler de joie. J’avais réussi. Mon premier triangle de 300 km de ma vie ! Encore une confirmation : n’éliminez pas trop vite une journée belle mais complexe ; jamais !

Quand vous regardez le traçé de mon glide final, on s’aperçoit que je me suis posé assez tôt ce jour là ; la convection sous les nuages fonctionnait encore !. A 20:20 hrs., je me suis posé, après 10:30 hrs. de vol dans les cieux du Sud Tyrol. Avec ma Zeno, j’ai volé à une moyenne de 29,6 km/h ; une belle perf surtout tenu compte de la plus longue branche effectuée par vent debout….

Je suis encore sidéré. Merci à Ozone pour avoir créé une aile si agréable en vol ! ”

Pour visionner le traçé de Lex, cliquezici

Congrats from all the team at Ozone.