Loading Icon Black

NOUVEAUX RECORDS POUR CHARLES CAZAUX EN AUSTRALIE

January 5, 2016

Charles nous fait partager l’histoire de ses records en Australie :
” Après plusieurs mois de réflexions sur ce vol et plusieurs jours d’attente dess bonnes conditions, j’y suis finalement parvenu de bien étrange manière……
Il est 10:30 hrs. et je suis au treuil lorsque soudain, le câble casse ! J’ai encore La bride et le frein de treuil que je largue donc en passant au-dessus de l’équipe de treuillage et me dirige immédiatement vers la rivière avec ce que j’ai comme altitude ; je fais de mon mieux pour rester en l’air , je trouve un peu d’ascendance et pars à la chasse au thermique entre les ombres de nuages.

Au bout de 3h30 de vol, j’ai parcouru 100 km. Les ascendances et le vent sont sont faibles. Mon rêve de nouveau record avant de rentrer en France commence à s’évanouir…
Comme on n’a jamais perdu avant d’avoir mis le pied à terre, je poursuis mon vol au fil de mes multitudes de points très bas . A chaque fois que je trouve une bonne ascendance, je dois en profiter rapidement et planer en direction de ce que j’imagine être la prochaine. La plupart de mes transitions s’achèvent pas loin d’une nature sauvage et de dusts qui m’entourent ; je dois rester concentré et maintenir mon niveau d’énergie.

Tout à coup, je constate une remontée de ma moyenne parallèlement à celle de mon espoir ! En atteignant les 200 km, je me souviens du relief lors de mon vol en compagnie de Seiko et je sais qu’à partir de maintenant, je devrai voler plus haut car les 200 prochains kilomètres se dérouleront au-dessus d’une forêt haute et dense, interrompue par une route étroite entre les arbres….
Je m’approche de cette belle forêt en gardant un oeil sur les beaux cumulus qui se forment à sa verticale et, Bingo !, je rencontre un beau thermique, je trouve ma trajectoire et me mets en mode compète ! Accéléré à fond, j’ignore tous les thermiques de moins de 2,5m/s et je reste à l’affût de la bonne trajectoire.Go,Go,Go !!!! J’atteins les 100 km/h entre les thermiques ; l’usine à rêves tourne plein pot et je me mets à penser que ce vol pourrait être un grand vol ! Ma vitesse moyenne atteint 60 km/h : quel progrès !

J’atteins les 400 km et le crépuscule est encore loin, mais, les conditions commençent à faiblir et je dois me résoudre à choisir entre voler au-dessus de la route avec un vent de travers ou bien voler prendre un cap vent arrière au-dessus de la nature sauvage pour engranger plus de kilomètres. Réponse immédiate : je fonçe vent arrière à fond !

J’aperçois au loin quelques fermes et j’espère alors me poser près de tout point civilisé. A ce moment de la journée, le vol sous mon Enzo 2 est
vraiment impressionnant ! A 20:30 hrs, je me pose finalement sur une piste, au milieu des eucalyptus, après avoir établi un nouveau record du monde de distance libre avec trois points de contournement de 476 km, ainsi qu’un record australien en ligne droite d’environ 450 km ! Je suis
ébahi par ce vol incroyable !

Je plie aussi vite que possible tandis que le soleil se couche à l’horizon. La nuit me surprend en train de marcher sous un ciel clair étoilé. La seule chose que je peux voir, c’est la piste sans fin qui s’étend devant moi.

Cette nuit calme est interrompue par un véhicule qui s’approche : eh, jeune homme, vous avez besoin d’une voiture ? Bien sûr !

Ce fut un vol exceptionnel par conditions agréables. Je ne peux pas imaginer de voler ici en conditions très fortes. Deniliquin, je te quitte mais je te promets bien de revenir ! ”

-Charles Cazaux