Loading Icon Black

OLIVIER ET ORIOL à 7425m ( 24 354 pieds), EN INDE.

November 1, 2013

Olivier LAUGERO rentre tout juste d’une expé de trois semaines dans le nord de l’Inde en compagnie de son ami Oriol FERNANDEZ.

Les propos d’Olivier :

” Notre but était de voler dans la vallée du Zanskar, au sud du Laddakh. Un endroit magnifique connu pour sa vallée venteuse et terrifiante, aussi belle qu’inhospitalière. C’est un désert d’altitude situé à 3500 mètres au dessus du niveau de la mer cerné par des sommets dépassant les 6000 mètres. Nous voulions rejoindre Bob DRURY, un des rares pilotes ayant une expérience du terrain, mais ce dernier était retenu à Chamonix pour raisons familiales.

Nous avions prévu d’effectuer un vol bivouac dans l’Himachal Pradesh pour nous échauffer, mais la météo a déjoué nos plans en maintenant le plafond à 2000 mètres. Nous avons donc quitté Manali en taxi en pariant que les conditions seraient meilleures de l’autre côté du Col de Rochtang, le climat plus sec du Laddakh offrant de meilleures conditions de vol.
A Keylong, environ 40 kilomètres après Manali, le ciel est magnifique. Nous décollons à côté du monastère à 12:30hrs. locales. Oriol est sous sa Delta 2 et moi sous ma LM5. Nous éprouvons quelques difficultés à monter à 3600 mètres, mais la dynamique de l’aérologie s’accélère et nous atteignons un premier plafond de 6500 mètres.

Nous mettons le cap sur le Col de Shingola (5000m) situé à 40 km de distance, en rebondissant de sommet en sommet. Arrivé au Col, mon vario GPS affiche 7425 m (24 354 pieds). Nous volons sans oxygène et ne sommes pas bien acclimatés.A cette altitude, nous constatons qu’une mer de nuages recouvre Manali -la différence de climat est sidérante- Ici, tout est sec, sans végétation. Nous sommes un peu inquiets du vent qui nous attend de l’autre côté du Col. Oriol met le cap sur le plancher des vaches, fatigué par le vol. Je l’imite et je suis
heureux de découvrir que le vent de vallée n’est pas trop fort. Depuis notre position, nous avons le choix entre voler encore sur 50 kilomètres ou bien marcher quelque 100 kilomètres à une altitude moyenne de 4000m. Fatiqué mais néanmois satisfait de notre vol ” stratosphérique ” , nous tombons dans les bras de Morphée pendant 12 heures continues….

Le jour suivant, nous marchons jusqu’au premier village, où nous passons deux jours à vivre au rythme des autochtones. Les cumulus sont partis et l’air semble très stable, sans aucune brise de vallée. Nous marchons jusqu’à Char, à 50 kilomètres de là. De magnifiques temples bouddistes sont accrochés à la montagne dans un paysage lunaire. Nous décidons alors de remonter jusqu’à une altitude de 5000 m pour décoller et atteindre Padum, l’entrée de la vallée du Zanskar. Nous réalisons un joli triangle de 60 km et tout baigne dans l’huile jusqu’à ce que nous réalisions que le vent a beaucoup forci jusqu’à 60 km/h ! Nous nous posons rapidement et remballons nos voiles alors que les vents atteignent 80 km/h et qu’une pêtite tempete de sable obscurcit le fond de la vallée.

L’aérologie semble imprévisible dans cette contrée et ce soir là, la météo se déteriore. La neige tombe dans les montagnes et un orage tropical fait rage en Inde. Ils est temps de rejoindre la civilisation si nous ne voulons pas être bloqués tout l’hiver car lorsque les routes sont couvertes de neige, plus rien ne peut bouger jusqu’au Printemps. Notre semaine en haute montagne est inoubliable pour la beauté des paysages, la gentillesse des Zanskaris et les incroyables plafonds (nous avons à notre connaissance atteint la plus haute altitude jamais
atteinte en Inde). Merci à l’équipe Ozone pour les ailes ! ”