Loading Icon Black

18/12/2005 :: Safari cross Ozone MAJ du 15 au 18 Dec

décembre 17, 2005

15 Décembre – Cape Town

Comme Remo le dit « Sans la connaissance des locaux, pas la peine de penser voler à Cape Town ». Les conditions sont une bataille constante entre l’Océan indien, l’Atlantique et les terres africaines. Le premier jour, à Cape Town, nous avons vu le vent se renforcer de 20 km/h et tourner de 90° en juste quelques heures. Nous avons réussi à voler sur deux sites magnifiques. Au premier, Noordhoek, nous avons décollé avec des pointes à 40 km/h et avons affronté un air turbulent et un vent de travers pour être finalement récompensés par un joli atterrissage sur la plage de False Bay, où de grands requins blancs apparaissaient à la surface de l’eau à la recherche d’un déjeuner de phoques et où nous n’avons pas nagé ! Ceux qui restèrent sur le décollage de Noordhoek durent se défendre contre une bande de babouins sauvages qui volaient tout ce qui traînait et ouvrirent même des portières de voiture pour piquer de la nourriture, à la plus grande détresse et impuissance de son propriétaire. Pour le second, nous avons suivi le vent jusqu’aux montagnes surplombant la ville de Cape Town pour atteindre Lion’s Head. Nous avons marché jusqu’au décollage par un venturi de 50 km/h créé par Lion’s Head et Table Mountain et il semblait absurde de porter nos ailes mais une fois dépassés le col, une agréable brise de 15 km/h nous accueillit. Nous décollâmes très rapidement et bientôt tous les 8, nous appréciâmes la vue des airs de Table Mountain et des 12 Apôtres, l’Atlantique Sud et le quartier de Kaapstad (Cape Town). Nous fîmes une longue session de soaring le long de la côte, remontant jusqu’à 700 m au-dessus de la mer et redescendant en glissant ou en faisant des wagas au-dessus du chemin ou des blocs de granite sous le sommet. Les thermiques hargneux qui passaient parfois l’après-midi s’adoucirent le soir et à 18h30, nous profitâmes de la lumière du coucher du soleil sud-africain avant de nous poser sur l’herbe, en bord de plage, à côté d’un bar.

16 Décembre – Porterville

Aujourd’hui, vendredi, voilé et frais mais les prévisions pour Porterville annonçaient à 9h du matin « Soleil, vent léger de l’Ouest, cumulus se formant déjà ». C’est pourquoi nous étions immédiatement partis à 150 km vers le Nord de Cape Town pour rejoindre ce site connu de cross et avions décollé avant midi. Des dusts traversaient les champs de blé dans la vallée, remontant jusqu’au décollage. A 12h30, toute l’équipe enroulait du +5m/s bien en avant du relief, au niveau du déco. Mathieu volait avec notre nouveau biplace Magnum en paramoteur avec notre photographe ; la caméra était donc bien en place. Les thermiques variaient entre +3 et +7 m/s et constituèrent un bon entraînement avant de partir voler dimanche dans le désert.

17 Décembre – Départ pour le Nord

Ce matin, nous avons pris à Cape Town l’énorme camion Safari et rencontré l’équipe qui va nous accompagner : Alan, Venga et Onius. Ils constitueront notre base technique mobile dans notre trajet vers le Sud. Le camion est monté sur 10 roues et est conçu pour des voyages de 10,000 km et 20 passagers. C’est assez confortable mais nous espérons surtout voler ! Pour le moment, nous sommes au bar de l’aérodrome de Springbok, à 1400 km de notre objectif, en train de nous faire briefer par Arnold de De Aar sur les conditions qui nous attendent.

18 Décembre – Nous volons

Aujourd’hui, premier jour de treuillage dans le désert. Après avoir insérer divers points bizarres dans nos GPS et nous être penchés sur une sélection impressionnante de cartes très détaillées, nous sommes fins prêts à décoller en treuil de Lughawe, le terrain d’aviation de Springbok. Le vent est léger avec une petite tendance Ouest, ce qui favorisera notre vol vers l’Est. Premier point de contournement prévu, Gamoep, un croisement au Nord du désert de Karoo. Pendant les 4 prochains jours, nous n’aurons pas de connexion de portable et serons éloignés des villes. Nous serons juste reliés au Monde par un téléphone satellite. L’équipe est prête pour des plaf à 5000 mètres et de longs vols. Dav et Jérôme voleront sous des pr